Inscription de l’HGJ à la Bourse de Montréal

Les soins de santé publique deviennent une ressource cotée en bourse

L’Hôpital général juif bénéficiera prochainement d’un apport financier considérable, à titre de premier établissement de soins de santé à être inscrit à la Bourse de Montréal.  Cette initiative permettra de recueillir des dizaines de millions de dollars pour rehausser les services offerts aux patients.

En effet, depuis que l’Agence de réglementation des valeurs mobilières a autorisé l’HGJ à négocier des titres, les investisseurs peuvent maintenant confier non seulement leur bien-être, mais aussi leurs économies à cet établissement de soins de santé, synonyme de compassion et d’acuité financière depuis 1934.

Ces deux paliers d’activité ont été la source d’inspiration de la nouvelle devise de l’HGJ, soit « Miser sur un investissement judicieux dans l’Hôpital sans miser sur votre santé »

« Nous sommes loin des jours où nous nous inquiétions de la viabilité du système de santé publique », de dire Bernard Bouffon, le porte-parole de l’HGJ. « Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère où non seulement l’Hôpital s’autofinancera, mais où nous pourrons aussi récompenser tous les investisseurs qui auront fait preuve de la même fidélité qui caractérise et distingue nos patients, notre personnel et nos bénévoles depuis plus de huit décennies. »

Nous nous attendons à ce que le niveau élevé de sécurité et de qualité de l’Hôpital enregistre une hausse spectaculaire dès le premier appel public à l’épargne. À cet égard, les gestionnaires réclament avec insistance l’implantation de normes de soins plus élevées, afin d’accroître la satisfaction des patients et, par conséquent, de faire grimper la valeur des actions.

De surcroit, les investisseurs perspicaces qui achèteront des actions RX-privilège seront admissibles à un certain nombre de primes en guise de dividendes, y compris un service super accéléré pour les analyses de sang et les colonoscopies, une réduction de 50 pour cent dans tous les restaurants de l’Hôpital et une visite à domicile par année par un médecin de famille dans un rayon de 50 kilomètres de l’HGJ.

Parmi les autres projets prévus, citons un système permettant de négocier des contrats d’options à terme pour les activités de différents Services d’hospitalisation. Par exemple, dans le Service de maternité, un tableau d’affichage électronique, continuellement actualisé en temps réel, indiquera la date d’accouchement prévue pour chaque grossesse. Les investisseurs auront la possibilité de négocier des contrats d’options à terme de la date, de l’heure et de la minute de chaque accouchement par voies naturelles, ainsi que sur le nombre d’heures et de minute du travail avant l’accouchement de chaque future maman.

Pour aider les investisseurs à rester au fait des fluctuations continuelles du cours des actions de l’Hôpital, des appareils enregistreurs de la cote seront installés à chacune des entrées principales ainsi que dans les salles d’attente, les toilettes, les salles d’opération, les salons et les cafétérias dans l’ensemble de l’HGJ.

Le Service de la technologie de l’information a également pris les dispositions nécessaires pour que le cours des actions s’affiche sur les écrans des ordinateurs des employés, de l’équipement médical, des téléphones intelligents et de tous les appareils sans fil utilisés dans tous les édifices du campus de l’HGJ.

Pour faciliter l’achat des actions de l’HGJ, un kiosque de courtage sera monté dans l’entrée principale de l’Hôpital, où les investisseurs pourront effectuer des opérations avant de se rendre à leur rendez-vous.

Ce type d’activité est réellement unique dans un environnement hospitalier, et pour en assure une gestion efficace, l’HGJ ouvrira prochainement une toute nouvelle Division des titres et des actions, dirigée par Robert Poisson. La Division sera lancée ce mois-ci, ce qui lui vaut déjà le surnom de « Poisson d’avril ».

« Le refus du gouvernement de nous permettre d’inclure un casino dans les plans de construction du pavillon K nous a déçus », a déclaré M. Bouffon. « Mais cela n’a plus d’importance. Et, maintenant que nous avons échangé les jetons contre des valeurs sûres, il ne nous reste plus qu’à attendre que l’argent s’accumule dans nos coffres.

Print

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *