Le respect envers les patients et les collègues est essentiel dans le domaine de la santé – message à l’intention du personnel

Lançant « un appel à votre cœur plutôt qu’à votre raison », Francine Dupuis a invité les employés à faire du respect un élément essentiel de leur vie professionnelle, et même à voir tout manque de respect comme une forme de violence.

Mme Dupuis, présidente-directrice générale adjointe du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre‑Ouest-de-l’Île-de-Montréal, a dit à son auditoire rassemblé dans l’amphithéâtre Block que chaque personne mérite d’être traité avec respect et, en retour, chacun doit montrer du respect à l’égard des patients et des collègues, et ce, même dans les moments de grand stress.

« Même si vous êtes la personne la plus qualifiée du monde, si vous ne prenez pas le temps de dire au patient ‘Bonjour, comment allez-vous ?’ ou ‘Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?’, ‘Que puis-je faire pour vous ?’, pensez-vous vraiment que les soins que vous prodiguez sont adéquats ? » Une attitude peu respectueuse va à l’encontre de ce que l’on recherche dans un environnement devant favoriser la guérison, a-t-elle ajouté.

S’exprimant lors de la conférence annuelle sur l’humanisation des soins, le 1er février dernier, Mme Dupuis a mentionné que le Comité d’humanisation des soins de l’hôpital méritait des félicitations pour le lancement de la Campagne pour le respect, puisque le respect est fondamental dans chacune des interventions qui se déroulent dans un établissement de santé.

Souvent, il suffit de regarder le patient dans les yeux pour établir un contact personnel, de donner un peu de réconfort ou quelques mots d’encouragement.

Tout en rappelant l’histoire de l’HGJ et sa réputation d’établissement de soins empreints de chaleur et de compassion, Mme Dupuis a expliqué que les employés doivent rester sur leurs gardes car « le stress peut avoir un impact sur nos réactions; quand nous sommes stressés, nous ne sommes pas toujours au mieux. »

En fait, a-t-elle précisé, certaines personnes ne saisissent pas facilement ce qu’est le stress. Elles ne reconnaissent pas toujours leurs propres symptômes ni les situations susceptibles de les stresser.

L’HGJ est reconnu pour son esprit familial, a poursuivi Mme Dupuis, et le respect est « une affaire de famille. C’est une responsabilité qui incombe à chacun d’entre nous. »

Print

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *